L’influence de l’habitat sur le climat| Key4.ch

Fact check: l’habitat influence-t-il le climat?

@Getty Images
23.03.2022 | 3 Minutes

Nous sommes nombreux à savoir que l’alimentation et les habitudes de consommation ont un impact sur le climat. Pour cette raison, certains renoncent désormais à la viande et ne courent plus après chaque tendance de la mode. Mais qu’en est-il du logement?  La manière dont on vit a-t-elle une influence significative sur les émissions de gaz à effet de serre et donc sur l’environnement?

Affirmation: le logement a une influence sur l’empreinte écologique.

La triste réalité pour commencer: oui, celui qui a un toit sur la tête nuit automatiquement au climat. Après la consommation, la mobilité et l’alimentation, le logement arrive en quatrième position sur la liste des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. À l’échelle nationale, notre logement est responsable d’environ un quart de la pollution de l’environnement. Le chauffage et la consommation d’énergie en général comptent parmi les principaux facteurs aggravants dans le contexte de l’habitat. Chaque année, la population suisse produit, selon l’OFEV, rien que par l’habitat environ 1,63 tonne de CO2 et consomme 5000 watts d’énergie. Toutefois, l’impact environnemental dépend de plusieurs facteurs. Tous ces facteurs ont une influence sur le standard de vie écologique, à commencer par le type de construction, la surface occupée et le type de chauffage utilisé. En tant que locataire, il est souvent difficile d’exercer une influence sur ces aspects. En revanche, les propriétaires d’une maison individuelle ont davantage de possibilités pour réduire leur empreinte écologique.

La première pierre durable est posée dès la construction

L’éco-bilan est influencé dès la construction du logement en propriété. Les émissions de CO2 et l’énergie produite ou consommée dans le cadre de ce processus influencent le caractère durable de la manière dont nous vivons finalement. La construction d’une maison ou d’un appartement implique la consommation d’une multitude de ressources. Le fait qu’il s’agisse de matières renouvelables ou artificielles a également une influence sur l’empreinte. Le bois, par exemple, est nettement plus durable que le béton.

Il est également possible d’améliorer la durabilité d’un bien immobilier a posteriori, même s’il s’agit d’un bâtiment ancien. Par exemple, grâce à une rénovation ou à un assainissement ciblé. En Suisse, environ un million de maisons sont si mal isolées qu’une rénovation énergétique serait nécessaire. Souvent, les maisons construites avant 2000, par exemple, ne répondent pas aux normes actuelles en matière d’isolation (source: energie-experten.org). Un tel investissement peut réduire la consommation d’énergie et donc les émissions de CO2 dues à l’habitat

Chaque mètre carré influe sur les émissions

La plupart des gens en Suisse souhaitent avoir plus d’espace pour vivre, et pas seulement depuis la pandémie de coronavirus. Mais comme le note l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), chaque mètre carré supplémentaire entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Le nombre de personnes occupant un même espace est particulièrement important. Pour ceux qui souhaitent préserver les ressources de la planète, il est donc recommandé de réfléchir à la réduction de l’espace habitable ou de le partager avec d’autres. La recommandation de l’OFEV est d’environ 35 m2 par personne.

Une maison trop chaude a un impact négatif sur le bilan climatique

L’influence du chauffage sur le bilan climatique est souvent sous-estimée. En moyenne, le chauffage émet environ 1,6 tonne de CO2 par an et par personne. Les chauffages au pétrole, qui émettent 4,7 tonnes de CO2 par an, et les chauffages au gaz naturel, qui produisent environ 3,6 tonnes de CO2 par an, ont un impact particulièrement important. Comme l’explique le WWF, il est plus écologique de se chauffer directement à l’énergie solaire, avec une pompe à chaleur, des granulés ou du bois. En tant que copropriétaire, vous ne pouvez exercer qu’une influence limitée sur le choix du chauffage. La situation est différente si vous êtes propriétaire d’une maison. Dans ce cas, si vous envisagez de changer de chauffage, il est recommandé de vous renseigner sur les mesures de soutien de votre canton de résidence. Certains cantons soutiennent en effet ces projets avec des subventions.

Si vous souhaitez apporter votre contribution de manière plus simple, vous pouvez déjà faire beaucoup en évitant de pousser le chauffage à fond, même en hiver, et en chauffant uniquement là où c’est vraiment nécessaire. Comme le décrit le WWF, une réduction de deux à trois degrés suffit généralement à avoir un impact positif. En règle générale, on peut retenir que la température à l’intérieur ne devrait jamais dépasser 21 degrés.

Vous voulez savoir ce qu’il en est de votre empreinte personnelle? Dans ce cas, faites tout simplement le test ici.

L’électricité verte est-elle la solution à notre problème climatique?

Pour l’ordinateur portable au travail, le chargement du smartphone ou même la soirée télé: de nos jours, l’énergie est nécessaire en permanence et en grande quantité. L’achat d’électricité verte permet déjà d’influencer positivement la consommation de CO2. Mais ceux qui se procurent de l’électricité verte pour un habitat durable doivent être conscients que ce n’est pas forcément l’alternative la plus durable qui sort de la prise de courant. Il s’agit en effet toujours d’un mix de l’ensemble de l’offre d’électricité. Charbon, nucléaire, éolien, solaire et hydraulique: il y a de tout quand on consomme de l’électricité. Mais indirectement, une personne qui achète de l’électricité écologique apporte tout de même une contribution importante. En effet, cela augmente la demande d’alternatives plus durables et les fournisseurs les promouvront davantage en conséquence. En fin de compte, le mix électrique en Suisse deviendra ainsi généralement plus vert.

L’achat de nouveaux appareils électroménagers en vaut la peine

Un habitat plus durable implique également d’être plus attentif à la consommation d’énergie des appareils électroménagers. Les appareils anciens et inefficaces, tels que les réfrigérateurs, les congélateurs, les machines à laver et les sèche-linge, peuvent être très énergivores. Si vous souhaitez améliorer l’écologie de votre logement en propriété, vous devriez également examiner ces appareils de plus près. Depuis 2021, il existe en Suisse et dans l’UE de nouvelles classes d’efficacité énergétique. Chaque appareil électroménager dispose d’un autocollant avec une échelle qui indique l’efficacité de la consommation d’énergie de l’appareil en question. G correspond à la catégorie la plus mauvaise et A+++, à la meilleure.

Conclusion: c’est vrai, l’habitat a un impact sur l’empreinte écologique personnelle. .

Outre la consommation et l’alimentation, la manière dont on vit est effectivement un facteur considérable qui peut avoir un impact important sur l’environnement. Le côté positif: les propriétaires ou ceux qui souhaitent le devenir, ont de nombreuses possibilités pour minimiser leur impact négatif sur l’environnement.  


Cet article a-t-il été utile?
Merci pour votre vote!


Plus d’articles sur ce thème


Prêt(e) pour la meilleure offre?


Restez au fait de l’actualité

Lisez régulièrement des articles passionnants et recevez des conseils utiles en lien avec l’achat d’une maison ou d’un appartement.

S’abonner à la newsletter key4

Ce site web utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation. Vous trouverez plus d’informations dans la déclaration de confidentialité. Vous pouvez modifier vos paramètres de cookies dans les paramètres de confidentialité. Accédez aux paramètres de confidentialité